close

  • Être fidèle à ma Patrie, la République de Pologne

     

  • ACTUALITÉS

  • 19 septembre 2017

    – Nous souhaitons avoir une discussion ouverte, sur des thèmes concrets avec nos amis français. Nous voulons évoquer les véritables problèmes – a souligné Monsieur Witold Waszczykowski, ministre polonais des Affaires étrangères, lors de son entretien avec la chaîne France 24.

    Le ministre Waszczykowski a souligné que nous devrions parler avec les Français et résoudre les problèmes importants de l'Europe et autour de l'Europe – les problèmes liés à la crise migratoire, au Brexit, à l'avenir de l'Union européenne, au détachement de travailleurs, à la lutte contre le terrorisme. Ainsi, le ministre polonais de la Défense nationale Antoni Macierewicz a récemment effectué une visite a Paris, alors que la ministre de la Famille, du Travail et de la Politique sociale, Elżbieta Rafalska, va s'y rendre prochainement.

     

    Photo: Marcin Żurawicz

     

    Au sujet des changements proposés concernant le système judiciaire en Pologne, Witold Waszczykowski a souligné qu'ils étaient conformes aux attentes de la société polonaise. "Nous ne cherchons pas à créer de nouvelles solutions, mais à mettre en œuvre celles qui existent déjà dans d'autres États membres de l'UE", a-t-il ajouté en soulignant que les décisions relatives à l'avenir du système judiciaire restaient une prérogative des États souverains. "Le conflit doit être résolu par le dialogue, l'ouverture et les contacts directs", a souligné le responsable du Ministère des Affaires étrangères.

     

    La Pologne n'est pas un pays xénophobe, fermé aux immigrants. Comme l'a souligné le ministre Waszczykowski, la Pologne a accepté des centaines de milliers de migrants, et rien qu'au premier semestre de 2017, le pays a délivré plus de 750 000 visas à des citoyens ukrainiens, dont une majorité accompagnée de permis de travail. – En évoquant la question des migrations, il faut tenir compte de tous ses aspects et ses implications. Nous considérons la décision de la Commission européenne de 2015 comme illégale. Pour la Commission, tous les entrants sont des réfugiés, tandis que 80% des 160 000 personnes à relocaliser sont des immigrants illégaux – a déclaré le chef de la diplomatie polonaise. Le ministre a également évoqué les problèmes d'identification des migrants, qui empêchent, pour des raisons de sécurité, la Pologne d'accepter ces personnes.

     

    En ce qui concerne les réparations de guerre allemandes, le ministre a souligné que cela faisait 70 ans que le problème n'avait pas été résolu. La décision prise en 1953 par le gouvernement de la République Populaire de Pologne de renoncer à l'indemnisation n'était pas la décision d'un gouvernement souverain et n'avait pas été enregistrée [conformément aux exigences du droit international] à l'ONU. – Le gouvernement n'a encore pris aucune décision à ce sujet. Le débat sur les réparations se déroule dans la presse et entre les politiciens. Nous avons besoin d'une expertise supplémentaire, d'une estimation des dommages. La décision finale concernant d’éventuelles réclamations sera peut-être prise à l'avenir – a résumé le chef de la diplomatie polonaise.

     

    Source: France 24

    Imprimer Imprimer Partager: