close

  • Être fidèle à ma Patrie, la République de Pologne

     

  • ACTUALITÉS

  • 12 mars 2017

    Le 12 mars 1999, les représentants polonais, tchèques et hongrois ont signé les protocoles d’adhésion au Traité de l'Atlantique nord dans la petite ville d'Independence (Missouri), là où 50 ans auparavant le président Harry Truman avait annoncé la création de l'OTAN. La Pologne est aujourd'hui un membre fiable de l'OTAN, contribuant efficacement à l'édification de la sécurité dans la région et dans le monde.

     

    Lorsqu'au cours de sa visite en Pologne en mars 1992, le secrétaire général de l'OTAN Manfred Wörner a déclaré que "les portes de l'OTAN étaient ouvertes", l'adhésion au Traité de l'Atlantique nord est devenue pour la Pologne l'un des principaux objectifs politiques et stratégiques. Après 7 années d'importants efforts de la part des diplomates polonais, les représentants polonais, tchèques et hongrois ont signé les protocoles d'adhésion au Traité de l'Atlantique nord le 12 mars 1999 dans la petite ville d'Independence (Missouri), là où 50 ans auparavant le président Harry Truman avait annoncé la création de l'OTAN. La Pologne est aujourd'hui un membre fiable de l'OTAN, contribuant efficacement à l'édification de la sécurité dans la région et dans le monde.

     

    L'adhésion polonaise à l'OTAN a fait naître la nécessité d'adapter les forces armées de la République de Pologne aux standards en vigueur au sein de l'Alliance. Ainsi le processus de transformation des forces a été significativement accéléré. Cela s'est traduit par l'introduction d’un contrôle civil sur l'armée, des reformes de sa structure organisationnelle, et par une modernisation technique.

     

    La réaction de l'OTAN

     

    L'Alliance atlantique constitue aujourd'hui pour la Pologne le plus important instrument lui permettant d'assurer sa sécurité. Dix-huit ans d'appartenance aux structures de l'Alliance ont fait de la Pologne un élément intégral de la structure de défense, dont l'OTAN constitue la clef de voûte. Les menaces sérieuses qui pèsent sur la stabilité internationale, provoquées par l'agression russe en Ukraine ont forcé l'Alliance atlantique à consolider les missions de défense ainsi qu'à renforcer les capacités militaires mises au service de la défense collective. Comme le fait remarquer l'ancien ambassadeur polonais aux États-Unis, le professeur Robert Kupiecki, la présence militaire de l'OTAN sur le flanc oriental constitue "une action rationnelle ayant pour but de prévenir les conflits et renforçant le sentiment de sécurité des alliés".

     

    Le sommet de l'OTAN qui s'est déroulé l'an dernier à Varsovie a permis de trouver un remède concret aux menaces croissantes. La Déclaration de Varsovie sur la sécurité transatlantique, adoptée alors, décrit les changements négatifs survenus sur la scène internationale et indique à l'OTAN les réponses à apporter. Ces dernières résident dans une présence renforcée sur le flanc Est ainsi que dans l'édification de la stabilité tant dans le voisinage oriental que méridional de l'Alliance. En application des décisions du sommet de Varsovie, la Pologne va accueillir le quartier général de division multinational qui va coordonner quatre groupements tactiques de niveau bataillon déployés en Estonie, en Lettonie, en Lituanie et en Pologne. Le quartier général  sera créé à Elbląg (Pologne), où stationne actuellement la 16ème Division Mécanisée de Poméranie.

     

    Un bataillon américain sera stationné en Pologne, comme annoncé par le président américain lors du sommet de Varsovie, confirmant ainsi le caractère stratégique des relations polono-américaines. Les premiers soldats américains sont arrivés en Pologne au début de cette année, alors que la construction d'une base constitutive du système américain de défense antimissile (également connu sous le nom de "bouclier antimissile") a débuté à Redzikowo.

     

    Les standards de l’OTAN

     

    Le directeur de l'Institut Polonais des Affaires Internationales, Sławomir Dębski, souligne la signification du sommet de Varsovie qui a envoyé un important signal: "Nous sommes entrés dans une nouvelle phase dans laquelle l'Alliance renforce de manière significative ses forces sur le flanc oriental. Cela se concrétise par une présence permanente rotative, une augmentation des dépenses consacrées à la défense, ainsi que des exercices militaires fréquents. Il est toutefois important de maintenir ce processus après le sommet de Varsovie."

     

    De l'avis d'une majorité de Polonais la présence polonaise dans l'OTAN se traduit par une augmentation de la sécurité du pays, alors que le rôle de l'Alliance dans le maintien de la paix et la prévention des conflits armés lors de ces quelques dernières années est jugé positivement. Cet état d’esprit a encore été récemment confirmé par une enquête d'opinion commanditée par le ministère polonais des Affaires étrangères. Sa présence au sein de l'alliance militaire la plus puissante au monde a fourni à la Pologne une garantie de sécurité tout en renforçant sa position sur la scène internationale. La nécessité de se conformer aux standards de l'OTAN a permis aux forces armées polonaises d'atteindre un niveau élevé d'interopérabilité avec les autres forces de l'Alliance. Comme l'a rappelé il y a peu le ministre polonais des Affaires étrangères Witold Waszczykowski lors d'une intervention au parlement, la Pologne est présentée en exemple chez nos partenaires comme un État qui traite les questions de sécurité de façon sérieuse: "Nous abordons en responsabilité totale les exigences de l'OTAN en matière de dépenses budgétaires. Ainsi 2% du PIB sont consacrés à la défense, et 20% de ces dépenses servent à la modernisation". Son engagement dans les actions de l'OTAN a fait de la Pologne un partenaire fiable pour ses alliés, et crédible aux yeux des pays tiers.

     

    [Source : Poland.pl]

    Marqueurs : Pologne #PL18NATO OTAN

    Imprimer Imprimer Partager: