close

  • Être fidèle à ma Patrie, la République de Pologne

     

  • ACTUALITÉS

  • 5 décembre 2017

    Józef Piłsudski, architecte de l'indépendance de 1918 et l'un des hommes d'État les plus remarquables de l'histoire polonaise, né le 5 décembre 1867 à Zułów dans la région de Vilnius. Ses mérites politiques et ses concepts demeurent en Pologne une source d'inspiration pour les politiciens et de controverses animées entre publicistes et historiens.

    L'indépendance recouvrée en 1918 a été le fruit des efforts de plusieurs générations de Polonais et du travail de nombreux cercles politiques. Józef Piłsudski, qui a fondé les Légions polonaises et a été le premier chef d'État polonais, est considéré comme le père de la Deuxième République. Le 5 décembre, nous célébrons le 150e anniversaire de sa naissance.

     

    Piłsudski était issu d'une famille de propriétaires terriens qui cultivaient les traditions indépendantistes. Il s'est investi dans une activité politique alors qu'il étudiait encore à Kharkiv, d'où il a été renvoyé en 1885 pour avoir participé à des manifestations étudiantes. Deux ans plus tard, Piłsudski a été arrêté sur des soupçons de complot visant à renverser le tsar Alexandre III et a été exilé en Sibérie pour cinq ans.

     

    Peu de temps après son retour d'exil, Piłsudski a rejoint le Parti socialiste polonais. Étant l’un des dirigeants du parti, il a été arrêté à nouveau par les autorités russes et envoyé en prison dans la tristement célèbre citadelle de Varsovie.

     

    Au début de la Grande Guerre, il a créé et dirigé les Légions polonaises. Sous son commandement, elles sont parvenues jusqu’aux territoires occupés par la Russie après les Partages subis par la Pologne. Lorsqu'en 1917, les autorités austro-hongroises ont exigé des légionnaires qu’ils prêtent serment d'allégeance aux monarques des puissances partageantes, il a refusé avec la majorité de ses troupes. Piłsudski a été arrêté et détenu à la forteresse de Magdebourg, où il est resté jusqu'en novembre 1918.

     

    Après la défaite de l'Allemagne, Piłsudski a été libéré et est arrivé à Varsovie où le Conseil de régence, la plus haute autorité du Royaume de Pologne occupée par les troupes des États centraux, lui ont confié le commandement suprême des troupes polonaises et la mission de diriger l’État polonais libéré. La fonction du chef d'État temporaire lui a été officiellement attribuée le 22 novembre 1918. Il l’a exercé jusqu'en décembre 1922, date à laquelle le premier président de la République de Pologne, Gabriel Narutowicz, fut élu. En 1919-1921, Pilsudski a participé à la défense de l’indépendance recouvrée par la Pologne - en tant que Commandant en chef il a été l'architecte des victoires des troupes polonaises dans les batailles pour la défense des frontières de la Pologne indépendante, y compris lors de la guerre soviéto-polonaise. La bataille de Varsovie de 1920 fut l'une des plus grandes batailles de l'histoire - la victoire polonaise a stoppé la marche de la révolution bolchevique qui déferlait vers l’ouest de l’Europe.

     

    En 1923, il s'est retiré de la vie politique active, cependant, désapprouvant les développements politiques du pays, il est entré dans Varsovie en mai 1926 à la tête de troupes lui étant fidèles et après trois jours de lutte il est parvenu à installer un nouveau gouvernement. Les années suivantes, il a exercé, entre autres, les fonctions de ministre des Affaires militaires et de Premier ministre. En politique étrangère, Pilsudski cherchait à maintenir de bonnes relations avec l'Europe occidentale.

     

    La mort de Józef Piłsudski, le 12 mai 1935, a surpris toute la nation et ses funérailles sont devenues une énorme manifestation nationale rendant hommage au père de la Pologne indépendante. Sa dépouille a été enterrée dans la crypte du château de Wawel, où reposent les rois, les hommes d'État et les plus éminents Polonais. Son cœur - conformément à son testament - a été placé dans une urne d’argent et a été transporté à Vilnius, où il a rejoint la tombe de sa mère dans le cimetière de Rossa.

     

    Imprimer Imprimer Partager: