close

  • Être fidèle à ma Patrie, la République de Pologne

     

  • ACTUALITÉS

  • 7 novembre 2017

    La première femme à la Sorbonne, la première femme à avoir reçu le Prix Nobel, la première femme inhumée au Panthéon parisien… Maria Skłodowska-Curie, née à Varsovie il y a 150 ans exactement, reste la chercheuse polonaise la plus notable et une icône mondiale féminine de la science.

     

    Maria Salomé Skłodowska nait le 7 novembre 1867 à Varsovie, alors dans l’Empire Russe. L’éducation occupait une place importante dans la famille Skłodowski : son père était un professeur de mathématique et de physique, et la mère une supérieure dans un pensionnat des jeunes filles. Maria et ses quatre frères et sœurs étaient élevés dans un profond esprit patriotique, et la Pologne occupait une place très importante dans le cœur de Maria.

     

    Son père fut son premier professeur, elle commença l’école à l’âge de 10 ans et finit le collège seulement à l’âge de 15 ans, avec bien évidement les meilleures notes possibles.

     

    Fascinée par la science, elle entra à l’Université volante, une université clandestine. En 1890 elle partit avec sa sœur Bronislawa à Paris, où bientôt elle commença des études de mathématique et de physique à la Sorbonne, obtenant une double licence. Elle continuait ses recherches, et en cherchant un laboratoire plus grand elle connut un scientifique simple, Pierre Curie, qui même si il ne disposait pas de local adéquat, devint bientôt son mari et son plus proche collaborateur.

     

    Maria s’intéressa  aux recherches d’Henri Becquerel sur le rayonnement minéral.  Le plus grand exploit de Maria fut le développement de la théorie sur la radioactivité et la découverte de deux nouveaux éléments – tout d’abord du polonium dénommé ainsi en l’honneur de la Pologne, et ensuite du radium. Pour les recherches sur la radioactivité elle reçut ensemble avec son mari et Henri Becquerel un Prix Nobel de Physique, devenant la première femme dans l’histoire à le recevoir.

     

    Maria vécut très mal la soudaine mort de son bien aimé mari- son ami, compagnon, collaborateur, et le père de leurs deux filles. Elle se dédia entièrement au travail : en 1906 elle reprit après Pierre la chaire de physique à la Sorbonne, devenant la première femme- académicienne dans cette université. En 1911 Maria obtint le deuxième Prix Nobel- cette fois-ci individuellement et dans le domaine de la Chimie. A ce jour Maria Skłodowska-Curie reste la seule femme- lauréate du Prix Nobel dans deux domaines différents. Elle destina les moyens reçus dans le cadre du Prix à la construction de L’Institut du Radium, devenu aujourd’hui l’Institut Curie, un centre de recherche en radioactivité, médicine, mais principalement en traitement des cancers.  

     

    Lorsque la première guerre mondiale éclate, Maria ne resta pas inactive- se servant de l’équipement disponible à Paris, elle créa des unités chirurgicales mobiles  dénommées petites Curies, qui permirent de prendre des radiographies sur le terrain. Maria apprit elle-même à conduire une voiture et elle est parmi les premières femmes à avoir reçu un permis de conduire.

     

    Maria, dont l’attachement à la Pologne n’avait pas faibli malgré l’immigration,  rêvait de la création de l’Institut du Radium à Varsovie (devenue aujourd’hui le Centre de l’Oncologie- Institut de Maria Skłodowska-Curie). Le rêve fut réalisé en 1932 : Maria ouvrit l’institut elle-même tout en lui offrant un gramme de radium.

     

    Maria Skłodowska-Curie mourut en 1934 atteinte d’une anémie aplasique  due à une  grande exposition aux éléments radioactifs et fut enterrée à côté de Pierre dans le cimentière de Sceaux. En témoignage de reconnaissance des exploits au profit de la science, les restes de Maria Skłodowska-Curie et de Pierre Curie furent déplacés en 1995 au Panthéon à Paris sur décision du Président de la République française François Mitterrand. De cette façon, Maria est devenue la première et la seule femme à être inhumée au Panthéon pour ses mérites propres.

    Imprimer Imprimer Partager: